Le meilleur de la BD Héroïc-Fantasy

Héroïc-Fantasy

Aventure épique dans un univers souvent médiéval fantastique.

 

La plus classique (Série culte, souvent ancienne, qui résume à elle seule le genre)

Thorgal

Seul rescapé d’un vaisseau spatial en déroute, Thorgal est un orphelin recueilli par les Vikings dont la destinée va bousculer le sort des hommes et des dieux. Ainsi, la vie de ce héros au grand cœur et de son exceptionnelle famille sera perpétuellement le théâtre d’exploits, de drames, de magie et de voyage. L’ensemble de cette monumentale saga de plus de 33 tomes (tous des best-sellers) constitue l’un des piliers de la BD franco-belge d’aventure, de fantastique et de science-fiction. Mariant admirablement mythologie nordique, actions épiques, enjeux SF, noirceur et humanisme, cette série unique est un immanquable qui a su aborder tous les genres (même l’horreur, voir Alinoé) et émotions avec brio. Le scénario est haletant et le dessin superbe… foncez.

Autre choix possible : Légendes des Contrées Oubliées


La plus récente (Nouvelle série exceptionnelle donc parfois encore en cours)

Servitude

« Les Puissances sont les premières à avoir peuplé la Terre. Lorsque l’Homme apparut, il suscita parmi elles passion et division. Toutes choisirent alors de prendre forme physique : Dragons, Géants, Anges, Sirènes et Fées. Vint alors le temps des combats, des guerres intestines… Aujourd’hui, mille ans ont passé, les Géants ont disparu, les Dragons ont survécu, les Sirènes se sont retirées dans les profondeurs des océans, les Anges et les Fées ne sont plus que des mythes. Mille ans ont passé, et les Fils de la terre ont fini par fonder le plus grand des royaumes. Pour eux, les Puissances ne sont plus que des légendes… Mais les Dragons sont sortis de leur repaire… Un nouvel âge s’annonce : est-ce la fin ou le début de la servitude ? » Derrière ce très dense et bavard récit, en 5 tomes dont 3 déjà parus), se révèle une grande saga médiévale fantastique alternant avec talent intrigue politique, action épique et mystère mythologique. Le dessin, voire même le design des décors et accessoires, est lui aussi absolument superbe. En fait, si le scénario des 2 derniers tomes est à la hauteur, cette série aura tout pour devenir un véritable classique du genre.

Autre choix possible : Okko

 

La mieux dessinée (Esthétisme du trait et sens du découpage)

Le Troisième Testament

« Dieu apparut un jour à Julius de Samarie et lui confia un coffre. Il lui dit :  »Ce coffre représente tout ce qu’un homme doit connaître ». Je te le confie. Quitte ta terre et les tiens pour chercher l’endroit le plus secrets du monde. Là, sans jamais l’avoir ouvert, tu déposeras le coffre. Telle est Ma Volonté ». Alors Julius quitta sa terre et les siens. Il trouva l’endroit le plus secret du monde et y déposa le coffre. Mais au moment de partir, il ne put s’empêcher de soulever le couvercle. » Quand des siècles plus tard, en plein moyen-âge, cette histoire biblique refait surface dans les entrailles d’un monastère, elle attire la curiosité puis la convoitise des puissants. Plongé malgré lui dans ces intrigues ésotériquo-politiques, un vieil inquisiteur révoqué vivra une inoubliable aventure pleine de mystère et de drame jusqu’à la révélation finale. L’ensemble de cette série en 4 tomes constitue une référence de par la qualité de son intrigue à l’ambiance inoubliable (un « Au nom de la rose » en plus aventureux) et la qualité inégalée de son dessin à la mise en page exceptionnel. C’est prenant, beau et intelligent… ne ratez pas ce thriller épique et biblique.

Autre choix possible : Complainte des landes perdues

 

La mieux scénarisée (Histoire mémorable et admirablement construite)

Vauriens

« Sur le point d’être exécuté, le roi d’un pays imaginaire confie à une fillette, Justine, deux statuettes qui constituent la source de son pouvoir : la Clémence et la Tourmente. Le hasard la placera sur le chemin de Pop, un jeune lanceur de couteaux qui en tombera amoureux. La quête éperdue de Pop se mêlera alors au destin des deux statuettes convoitées par tous. » Attention, vous avez là une intrigue mémorable ! Le scénario est une merveille de rebondissement porté par les passions exacerbée d’un personnage dont le destin bouleversera l’histoire d’un univers très riche. En seulement trois tomes, l’auteur nous brosse la vie entière d’un homme à la fois banal et héroïque, minable, mais tenace. Un looser magnifique dont je garde un souvenir de lecteur adolescent encore très vivace qui a nourri mon imaginaire. Le seul bémol à cette série vient du dessin que je trouve hésitant, car trop imprécis et changeant, même s’il contribue à la fragilité du personnage.

Autre choix possible : La Quête de l’oiseau du temps

 

La plus méconnue (Pépite injustement méconnue du genre)

Alef-thau

Dans un monde féerique, mais cruel, Alef-Thau traverse une suite d’épreuves initiatiques pour retrouver son intégrité physique et spirituelle. Née enfant tronc, mais doté d’une volonté de fer, il va se surpasser afin d’évoluer et conquérir le cœur de son amour quitte à affronter les pires dangers et influencer le sort de l’univers entier. L’ensemble forme un conte d’héroïc fantasy d’une richesse et audace inouïe. Alexandro Jodorowsky, le génial scénariste, y déploie des trésors d’imagination afin de concevoir les plus incroyables rebondissements à la fois épiques et mystiques. Le monde de Mu-Dhara y est donc merveilleux dans tous les sens du terme tant tout y semble possible sans que cela n’altère la cohérence globale de l’univers. Pour moi, cette ancienne série en 8 tomes est une référence que je lis depuis l’enfance et que je continue à savourer.

Autre choix possible : Le Torte

 

La plus exotique (Originalité surprenante qui donne un nouveau souffle au genre)

Finkel

« Dans un monde où la mer domine la planète, les enfants subissent les effets d’une lente mutation. Seule la précieuse liqueur d’existence peut prolonger leur survie. Pour contrôler la fabrication de cette substance vitale, le peuple Nek-Amas est prêt à déclencher une guerre. Finkel, marin-lige au service de la puissante Feder-Compagnie qui gère le commerce maritime, se trouve projeté au coeur de cette intrigue. Après avoir réussi à sauver l »’enfant de mer », seul à avoir atteint le stade final de la mutation, il parvient à délivrer le moine Hoschee, ultime espoir de rétablir la paix… » Cette série en 5 tomes (le premier cycle) est une vraie ode à l’aventure. Son monde fantastico-maritime y est cohérent et saisissant. On y ressent les embruns et la fougue des navires à chaque case. Sur fond de mystères, l’intrigue nous plonge dans les méandres d’une guerre avec son lot de complot et de trahison, de bataille et de désolation. Le fantastique y est savamment distillé afin d’ajouter une touche de merveilleux sans que cela bouleverse le destin de l’humanité qui doit surmonter les épreuves à la sueur de leurs fronts. Le dessin et la gamme de couleur pastel utilisée y sont superbes, car vraiment dépaysant et dynamique.

Autre choix possible : Légendes de la Garde

 

La plus noire (Force dramatique de l’intrigue et de ses personnages)

Alim le tanneur

« Dans l’Empire de Jésameth, être un hors-caste, c’est n’être pas tout à fait un homme. Alim est de ceux-là. Tanneur de profession, il a la charge de recycler les corps sans vie des sirènes tueuses qui viennent s’échouer sur les plages de la cité impériale. Mais le destin redistribue parfois les rôles. Un soir pas comme les autres, l’océan vient confier au plus humble des hommes le plus grand des secrets. » Un secret si important qu’il va renverser les fondements religieux d’une théocratie fondamentaliste et plonger Alim et sa famille dans l’angoisse d’une fuite éperdue marqué par le sceau du sang. Avec cette série de 4 tomes, on apprécie un scénario malin qui aborde les sujets les plus sombres de l’humanité (fondamentalisme, torture, guerre, exclusion) en l’atténuant pour le rendre supportable par un somptueux dessin sympathique et coloré (façon Disney). Ainsi grâce à son univers cohérent et exotique, on ressort de cette série à la fois dépaysé et plus réfléchie qu’en aux dangers fondamentales des certitudes.

Autre choix possible : Kwaïdan

 

La plus drole (Force comique de l’intrigue et des dialogues)

Les feux d’Askell

Askell est un monde maritime ponctué d’innombrables iles qui sont autant d’occasion de découvrir les joies d’accueillantes tavernes de marins vinnassés. C’est dans l’une d’elles que l’on retrouvera notre plantureuse héroïne en plein effeuillage injustement rémunéré. Elle y fera la rencontre des compagnons les plus variés et hauts en couleur (guerrier volontaire, poète incompris, valet intrépide, voleur sournois) qui la suivront dans son périple à rebondissements incessants. Ainsi, les Feux d’Askell constituent la meilleure série du prolifique scénariste Arleston (Lanfeust, Troll, Excalibur, Moréa…) tant les dialogues burlesques, le sex-appeal des personnages et les coups de théâtre y font mouche. De plus, le dessin de Mourier, en couleur direct, réussit l’exploit d’être réaliste tout en étant d’une grande expressivité et variété de couleurs chatoyantes. C’est aventureux, potache, absurde, sexy, cru, bête et méchant, malin, dépaysant… Bref, drôle et surprenant.

Autre choix possible : Lanfeust de Troy

La plus sexy (Sex-appeal de ses personnages et audaces des scènes d’amour)

Le grand pouvoir du Chninkel

 » Des ruines encore fumantes de ce monde ravagé, surgirent en hurlant les armées de ceux qu’on appela les Trois immortels : Zembria la cyclope, Barr-Find main noire et Jargoth le parfumé ! Ainsi naquit La Guerre. Et ainsi débuta le long esclavage du peuple Chninkel, qui ne cesse depuis d’expier la terrible faute de ses ancêtres. » J’On, qui n’est pourtant que l’un de ses misérables et égoïstes Chninkel, va recevoir l’apparition du grand Créateur. Celui-ci va lui confier la plus impossible des taches : ramener la paix sur le monde en réalisant l’union des Trois immortels. Pacifiste, faute d’avoir les moyens d’être davantage, sa tache va le conduire dans l’une des plus belles épopées christiques de la bande dessinée. Le dessin de Rosinsky y est fabuleux de détail et de puissance épique. Les personnages y sont extrêmement touchants de fragilité et/ou de force. L’univers y est mémorable, dépaysant et diversifié tout en étant proche du nôtre. L’intrigue sous forme de conte initiatique gagne en intensité à chacun des 3 tomes jusqu’à aboutir à une des plus belles fins de la littérature. Un récit qui frise l’excellence ultime tant il est intelligent, noir, émouvant, beau, aventureux… et sexy. Si vous ne deviez en acheter qu’un parmi cette liste, ça devrait être celui-là !

Autre choix possible : les Chroniques Barbares

Publicités

4 Commentaires

  1. […] faire pour moi en respectant mon modèle de classement initial utilisé pour la BD d’Humour, de Fantasy, du Fantastique et de l’Intimiste. En effet, la SF étant un genre que j’apprécie beaucoup et […]

  2. Spike Spiegel · · Réponse

    Bouh! l’infâme parti pris:
    -double Arleston pour la BD la plus drôle
    -et deux BDs aux courbes folles dessinées par des illustrateurs de plus de 70ans pour la partie sexy… C’en est que meilleur avec l’âge n’est ce pas? ( ̄ー ̄)

    1. Il est vrai qu’il n’y a que les anciens (« vieux ») auteur de bd qui osent aborder le sexe de manière franchement érotique au sein d’une aventure dont ce n’est pas le thème principale. C’est d’ailleurs bien dommage que le politiquement correct prennent autant le pas sur l’excitation des lecteurs… Marketing qu’en tu nous tient !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :