Je, Kalédony (poésie et court-mérage)

Il y a deux jours, j’ai eu une lubie étrange : l’envie de faire un court métrage calédonien. Partant de là, voilà ce que cela a donné. L’idée est de faire déclarer par plusieurs narrateurs issus d’ethnie différente, un texte « universel » sur l’histoire calédonienne à la première personne. Seulement à chaque fois, le « je » du narrateur pourra être perçu comme son propre discours ou celui de la Nouvelle-Calédonie elles-mêmes s’exprimant par sa bouche. Visuellement, cela donnerait un simple plan rapproché d’un narrateur à l’autre en utilisant un morphing des visages pour les transitions, avec le texte qui s’afficherait sur le côté. Bien sûr, comme je viens juste de lancer l’idée, elle doit donc murir encore un peu (je suis ouvert à toutes suggestions). Cependant, pour avancer, je viens d’écrire un premier jet du texte qui serait lu. Il est encore un peu trop fleur bleue, mais c’est difficile de faire autrement avec un thème pareil. Qu’en pensez-vous ? Y a t’il parmi vous des volontaires pour jouer ou m’aider à réaliser ce projet ?

Narrateur Kanak :

Issu des temps anciens, la terre est mon écrin,

Hissé de l’air marin, je suis parti de rien.

La nature sauvage m’a nourri en son sein.

Du rivage jailli, passé de main en main.

 

On m’a spolié, conquis, déplacé et meurtri.

Exploitation, réserves, toujours les mêmes cris.

Balayées mes croyances, mon sang s’est tari.

Et j’ai vu d’autres hommes sur ma terre chérie.

 

Narrateur Caldoche :

Suivant la voie de Dieu et l’air mauvais du temps,

J’ai entendu les pas issus d’un peuple blanc :

Étranges galériens, pionniers non consentants,

Mes frères et sœurs bagnards, victimes, émigrants.

 

Puis vint le temps des pelles avides de cet or vert,

Qui strièrent les sols, comme autant de déserts.

Portée par cet élan, une vague pionnière

S’installa à son tour créant la surenchère.


Narratrice Etrangère :

Conséquence fatale d’une lourde injustice,

Ceux d’hier, d’aujourd’hui partirent au supplice.

Ainsi, ces Évènements dont je fus spectatrice,

Devinrent synonymes d’un trop grand sacrifice.

 

Pansée par un Accord signé à bon dessein,

Je sais ma paix fragile : union comme destin…

Destin commun pour l’un, exclusion de certains,

Selon le droit du sol, l’autre est voué au dédain.

 

Narrateur Métis :

Voici venu l’instant de faire une synthèse.

Métis de tout ce sang qui peuple ma genèse,

Je suis l’enfant issu de cette histoire qui pèse,

Souffle du renouveau qui veut que l’on s’apaise.

 

Ignorant du passé, le futur en bagage,

J’observe cette foule, lui somme d’être sage,

De calmer ses colères pour jouir du brassage,

De profiter des lieux comme des paysages.

 

Je, Kalédony

Publicités

un commentaire

  1. Y’a de l’idée, bien sympa..
    Dans un esprit trèèès proche on a donné récemment au musée un spectacle intitulé « portraits » dans lequel des jeunes comédiens et danseurs de multiples origines parlaient de leurs « ancêtres » au sens large, de leur arrivée en Calédonie, et de leur relation à cette Terre..
    C’était vraiment bien, et ça va se redonner au CC du Mont Dore début août.. Si tu passes sur Nouméa à ce moment-là, c’est à voir.
    A propos d’une autre des cultures, il y a (toujours au musée) en ce moment une expo sur la culture vietnamienne, avec pas mal de choses sur l’histoire de l’arrivée des viet, etc.. food for thought !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :