MA PRISON

Ma prison a le goût amer

Des cages dorées où l’on se perd.

Belle promesse au demeurant

N’esquivant pas les égarements.

 

Après les joies de l’impulsion,

Elle occupe tous horizons.

Tel un serment que l’on lance

De l’oreille jusqu’à la panse.

 

Tournant en rond, dans son bocal,

Sa gestation rythme le bal.

Suivant ses propres conditions,

Déjà ma prison donne le ton.

 

Et lorsque enfin l’enfermement

Devient réel, vraiment présent,

C’est par un cri qu’il se révèle.

Maintenant ma prison fait du zèle.

 

Parée d’un voile de candeur,

Elle mobilise ma vigueur.

De couches en pleurs, elle m’interdit

La moindre trêve, pas un répit.

 

Ses barreaux enserrent mon cou,

Pèsent sur mes bras et mes genoux.

Berné par son regard mutin,

Plus elle s’éveille, plus je m’éteins.

 

Elle sent l’urine et le vomi.

Parfois elle me gâche la vie.

Ma prison n’a pas de maton.

J‘ai ma conscience pour seul pion.

 

Vidant chacune de mes réserves,

Bancaire, morale et de verve,

Elle me prive de liberté

De mouvement et de pensée.

 

Sonnant le glas de ma jeunesse,

Elle me garde toujours en laisse.

C’est de ma faute si j’ai sombré.

L’avenir dira si j’ai bien fait.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :